• Sagesse de vie Open or Close

    Il y a bien des manières de vivre en ce monde ! François de Sales nous en indique une… : suivre la voie de l’AMOUR.

    En cela, le "Docteur de l’amour" ne fait que reprendre ce que son Maître et Sauveur, Jésus Christ, a enseigné il y a 2ooo ans. Son originalité et son autorité en la matière viennent de son génie à faire part de son expérience spirituelle : il s’est laissé séduire par Dieu et sa vie entière a été une réponse à l’amour passionné du Christ. A travers sa pastorale, son abondante correspondance, ses livres et la fondation de la Visitation, il a toujours cherché à conduire les âmes au véritable amour.

    Se laisser séduire et répondre à l’amour de Dieu voilà bien les deux mouvements de notre cœur, comme ceux de la respiration : inspirer, expirer … St François de Sales parle "des deux principaux exercices de l’amour sacré qui se font par complaisance et bienveillance" (TAD V).

    Nous voudrions vous partager très simplement, dans cette page SAGESSE DE VIE, les riches enseignements reçus de notre tradition visitandine (nos Saints Fondateurs François de Sales et Jeanne de Chantal, Ste Marguerite Marie, etc…) ou de l’Eglise (Magistère, Pères de l’Eglise, Catéchisme de l’Eglise Catholique, etc…), qui nous aident à avancer sur le chemin merveilleux - mais escarpé ! - de l’amour de Dieu et du prochain.

     

LA VIE ETERNELLE : voilà une chose à laquelle nous ne pensons peut-être pas assez. Et pourtant, c'est bien ce vers quoi nous allons. Notre vie ici-bas doit nous préparer à celle qui n'aura pas de fin et pour laquelle nous avons été créés : la vie divine. Mais qu'est-ce que cela veut dire ? St Thomas d'Aquin en parle dans une Conférence sur le Credo, dont voici des extraits :

"Il est très convenable que le Symbole des vérités que nous devons croire se termine par ces mots : "Je crois à la vie éternelle", puisque aussi bien la vie éternelle est la fin et le terme de tous nos désirs.

 

Ceux-là s’opposent à cette croyance à la vie éternelle, qui disent que l’âme meurt en même temps que le corps. Si cela était vrai, la condition de l’homme serait la même que celle des bêtes.

L’immortalité, en effet, rend l’âme humaine semblable à Dieu : Dieu a créé l’homme immortel; il l’a fait pour être une image qui lui ressemblât.

Il faut premièrement considérer quel genre de vie est la vie éternelle. Or il convient de savoir, qu’elle consiste, en premier lieu, dans l’union de l’homme avec Dieu. Dieu lui-même, en effet, est la récompense et la fin de tous nos labeurs, comme il le dit un jour à Abraham : Moi le Seigneur, je suis ton protecteur, et ta récompense infiniment grande.

Cette union de l’homme à Dieu consiste dans une parfaite vision. L’Apôtre écrit en effet aux Corinthiens : Nous ne voyons maintenant que comme en un miroir, et en énigme; mais alors nous verrons Dieu face à face.

Cette union consiste également dans la louange la plus grande que l’homme puisse adresser à Dieu. Isaïe écrit au sujet de Sion ces paroles, que l’on peut appliquer à la vie des élus au ciel : On y trouvera la joie et l’allégresse, les actions de grâces et des chants de louange.

La vie éternelle consiste, en second lieu, dans le parfait rassasiement des désirs de l’homme. Chacun des bienheureux, en effet, pos­sédera au ciel bien au-delà de ce qu’il aura désiré et espéré ici-bas.

La raison en est, que personne ne peut, en cette vie, satisfaire pleinement ses désirs; jamais aucune chose créée ne les comble. Dieu seul en effet peut les rassasier totalement et même il les surpasse infiniment. C’est pourquoi l’homme ne trouve de repos qu’en Dieu conformément à ces paroles de saint Augustin : "Vous nous avez fait pour vous, Seigneur, et notre cœur est inquiet jusqu’à ce qu’il se repose en vous". Les saints dans la patrie possèderont Dieu parfaitement, aussi leurs désirs seront-ils entièrement rassasiés et leur gloire même surpassera toutes leurs aspirations. Le Seigneur dit : Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître. Et saint Augustin explique ainsi cette parole du Seigneur : "Toute la joie du Seigneur n’entrera pas dans ceux qui se réjouiront, mais eux entreront tout entiers dans la joie". Ce qui fait dire au Psalmiste : Je serai rassasié, lorsque apparaîtra votre gloire; et : C’est le Seigneur qui remplit votre désir, en vous comblant de biens.

Absolument tout ce qui est délectable se trouve surabondamment dans la vie éternelle.

Recherche-t-on en effet les jouissances? Là, on goûtera les jouissances les plus parfaites, les délectations les plus hautes, parce qu’elles auront pour objet le Souverain Bien, c’est-à-dire Dieu : Alors tu mettras tes délices dans le Tout-Puissant; et : Des délices seront éternellement à votre droite.

En troisième lieu, la vie éternelle consiste dans une sécurité parfaite. Dans ce monde, en effet, il n’y a pas de parfaite sécurité, car plus on possède de richesses et plus on est élevé en dignité, plus on a de sujets de crainte, plus aussi on éprouve de besoins.

Mais, dans la vie éternelle, il n’y aura ni tris­tesse, ni labeur, ni crainte. Ce que les Prover­bes, en effet disent de celui qui écoute la Sagesse, à savoir qu’il reposera en assurance et jouira d’une abondance de biens sans craindre aucun mal, se vérifiera alors en chacun des élus.

En quatrième lieu, la vie éternelle consiste dans la société pleine de charmes de tous les bienheureux.

Les délices de cette société seront extrêmes. Chaque élu, en effet, possédera, avec les autres bienheureux, tous les biens; car il aimera cha­cun des bienheureux comme lui-même; c’est pourquoi il se réjouira du bien des autres comme de son bien propre. Aussi l’allégresse et la joie de tous les élus s’augmenteront-elles de la joie et de l’allégresse de chacun d’entre eux. O Sion, c’est une grande joie pour tous d’habiter en toi."