A l’intensité de vie intérieure correspond une intensité de vie communautaire où la Visitandine est invitée à éprouver l’authenticité de son amour pour Dieu.

La grandeur de la vie d’oraison, toute cachée en Dieu, dans le secret du cœur, doit s’exprimer dans une charité fraternelle qui est participation à la douceur et à l’humilité du Cœur de Jésus.

Etre visitandine c’est faire l’expérience de la visite de Dieu dans sa propre vie mais aussi dans la vie communautaire, expérience d’un amour toujours en acte. L'accent n'est pas mis sur les austérités extérieures ; "les soeurs y suppléent par le renoncement intérieur, une grande simplicité et joie dans la vie commune."(Constitutions)

Etre visitandine c’est se tenir disponible à l’action de l’Esprit, une disponibilité de servante, de pauvre qui vit de louange et d’action de grâces, de joie et de confiance lucide. C'est à travers nos relations fraternelles que nos défauts nous sont révélés...

"La charité doit être comme une espérance active de ce que les autres peuvent devenir avec l’aide de notre soutien fraternel." (Constitutions)

Ainsi au fil des jours la charité prend corps. La joie et le respect des personnes sont les fruits savoureux de l'amour. C’est l’entrée progressive dans une vie nouvelle qui réalise, selon le désir des fondateurs, une communauté évangélique. L’hymne de la charité de St Paul est la charte de la Visitation (1 Co 13,4-7)