"Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage" (Evangile de St Jean, 10,9 )

En cette année de la miséricorde, le passage de la Porte Sainte est un évènement à ne pas manquer. Mais pour nous qui avons la clôture, comment cela serait-il possible ? L'Eglise n'a pas oublié les contemplatives qui ont la possibilité de vivre cette démarche dans leur monastère en choisissant une date et une porte de leur chapelle:

16 février - Porte Sainte de la Miséricorde

En ce jour où nous fêtons en Communauté les anniversaires de nos baptêmes, nous avons choisi de passer une Porte sainte de la Miséricorde, à l'intérieur de la clôture. Ce sera celle de notre avant-choeur. Pour cela, nous pérégrinons à travers tout le Monastère où douze stations ont été préparées par plusieurs groupes de sœurs sur différents thèmes : le Sacré-Coeur, la Vierge Marie, Saint Joseph, l'Enfant-Jésus, action de grâce pour notre Communauté d'hier, prière avec nos sœurs malades, pour l'Eglise, le monde et à nos intentions personnelles... Avant de franchir la Porte Sainte, nous lisons le passage du "Bon Pasteur", dans Saint Jean au chapitre 10/2-3+9 où Jésus nous révèle qu'il est la Porte, puis nous entrons une à une, à l'appel de notre Mère, en déposant à l'entrée un objet symbolique, marquant notre désir d'un renouveau spirituel pour « nous laisser embrasser par la Miséricorde de Dieu ». La cérémonie se termine au choeur, autour de la cuve baptismale où nous récitons le Credo, un notre Père et nous nous donnons le baiser de paix. Chacune peut, ensuite, prolonger par un temps de prière silencieuse.

Tout au long du mois, plusieurs groupe sont venus partager notre vie de prière : les Foyers Notre Dame, une retraite salésienne, les prêtres du secteur et un groupe de laïcs de la Paroisse de Bouillargues.